“Mon père connaissait quelqu’un qui…”

Aujourd’hui, que ce soit dans le monde de l’entrepreneuriat ou de la culture, quand on s’intéresse un peu aux profils des gens qui réussissent et qui arrivent à percer, on se rend compte que ces personnes sont très souvent des fils ou filles de ou du moins, qui viennent de milieux favorisés.

Des personnes qui ont monté leur entreprise parce qu’ils avaient à leur dispo de grosses ressources, ou de super mentors et de super connexions. Qui ont entamé une carrière dans la musique, le théâtre ou le cinéma parce qu’ils ont un réseau et une connaissance de ce monde-là que les autres n’ont pas.

Attention, on est pas là pour dire que ces gens là ne bossent pas et que tout leur tombe tout cuit dans le bec. Simplement qu’ils viennent d’un milieu où toutes les conditions étaient réunies pour qu’ils croient en eux et qu’ils tentent l’aventure.

Mais revenons-en à nos moutons : pourquoi avoir choisi de découvrir et mettre en lumière le métier d’influenceur ? Et bien justement ! De notre point de vue – et il est tout à fait subjectif mais c’est comme ça qu’on le ressent -, tout cet univers de blogueurs, influenceur,s instagrammeurs… c’est un peu la revanche des gens qui ne viennent de nulle part !

Oui mais Kylie Jenner ou Kim Kardashian, nia nia nia…

Oui c’est vrai, on trouve aussi des privilégiés parmi les influenceurs ! Evidemment !

Il n’empêche qu’on a pas besoin d’être fils de ou de sortir de la cuisse de Jupiter pour avoir une passion, que ce soit la mode, la photographie, la cuisine, les jeux vidéos, la littérature, le cinéma, le sport, les technologies, les voitures… bref ! On est tous en mesure de cultiver nos passions ! Et en fait, devenir influenceur ça commence par là !

On se documente, on découvre, on apprend, on commence à avoir l’envie de partager nos découvertes alors on crée un blog ou un compte instagram ou une chaine Youtube ou n’importe quel autre outil qui nous permet de diffuser ce qu’on a à dire, d’échanger avec des personnes qui ont les mêmes passions… et c’est comme ça que tout commence.

On va être honnête, avant de faire de la création de contenu, nous aussi on avait l’idée en tête qu’être influenceur se résumait à se prendre en photo en maillot de bain en train de manger un toast à l’avocat. Le tout au bord de la piscine d’un hôtel luxueux dans lequel on s’est fait invité. Et bien spoiler alerte, c’est un énorme cliché.

Évidemment on ne peut pas mettre dans le même panier les stars iconiques, les personnes qui n’ont aucune compétence mais qui connaîtront leur petite heure de gloire parce qu’ils ont fait une quelconque télé réalité, ou encore les anonymes qui ont su se faire un nom en se créant une communauté autour de leur univers. C’est sur cette dernière 3ème catégorie qu’on a choisit de se pencher.

Qu’on se le dise, les influenceurs sont bien souvent des experts sur un domaine. Ils ont un éventail de compétences assez incroyable : il savent faire de la photo, monter des vidéos, faire des créas, du rédactionnel. Ils se documentent énormément – en partie parce qu’ils savent que les trolls d’internet les attendent au tournant et qu’ils doivent être vraiment carrés niveau sources. Bref, bien souvent, si tu veux réussir à manger et payer ton loyer en étant influenceur, tu as intérêt à bosser dur.

Et une autre qualité que tu as intérêt à développer, c’est la prise de recul vis à vis des commentaires que tu reçois parfois. En effet, le métier d’influenceur est nouveau, mal connu et crée beaucoup d’envieux et de frustrés qui se permettent parfois des réflexion franchement blessantes.

On va quand même vous balancer quelques chiffres histoire de comprendre un peu l’envergure qu’a pris ce métier sur ces dernières années

En 2018, 45 % des Français utilisent les réseaux sociaux (90% chez les 18-24 ans)
Pour vous donner un peu une idée de l’immensité du terrain de jeu des influenceurs, une minute sur internet en 2019, ça ressemble à ça (photo) : https://fr.statista.com/infographie/13160/activite-sur-internet-en-une-minute/

Les demandes de partenariats faites par les marques aux influenceurs sont en hausse de 63 % en 2018 par rapport à 2017 et le marché de l’influence ne devrait peser pas moins de 20 milliards de dollars en 2020.

94 % des responsables marketing ayant collaboré avec des influenceurs estiment que cette stratégie est très efficace. En même temps, rien d’étonnant quand on sait que le marketing d’influence génère 11 fois plus de retour sur investissement que la publicité conventionnelle.

Et en même temps qui fait encore confiance à la pub traditionnelle ? 90 % des consommateurs se fient aux recommandations d’autres consommateurs, tandis que seuls 33 % font confiance à la publicité traditionnelle.

Dernier petit chiffres avant de vous quitter : 88 % des consommateurs font autant confiance aux avis et recommandations des autres internautes qu’à ceux de leurs amis. Est ce que tout ça veut dire que le métier d’influenceur est un métier d’avenir ? On en saura plus lundi en posant la question à notre professionnelle !