Les OPCA – Organismes paritaires collecteurs agrées – sont des organismes chargés de collecter les taxes liées à la formation professionnelle auprès des entreprises. Que devient tout cet argent ? Il sert à financer des formations, des VAE… Il existe plus d’une vingtaine d’OPCA, chacun liés à des secteurs d’activité propres.

Et la bonne nouvelle, c’est que tous les particuliers (demandeurs d’emploi, salariés…) peuvent contacter ces organismes pour être aidés dans leur orientation ou reconversion !

A quoi servent les OPCA pour moi, particulier ? Comment les contacter ?

Que vous soyez salariés ou demandeurs d’emploi vous pouvez contacter un OPCA pour :

  • Envisager une formation et vous renseigner sur la professionnalisation, le CIF, les différentes formations de la branche qui vous intéresse…
  • Trouver un moyen de valoriser vos formations ou certifier vos compétences : vous y trouverez notamment des informations sur la VAE – Validation des acquis de l’expérience ou le CQF – Certification de qualification professionnelle.
  • Trouver des pistes pour trouver un emploi, en découvrant les différents métiers de la branche, en vous renseignant sur les différents dispositifs qui vous sont accessibles : CSP – Contrat de sécurisation professionnelle, POE – préparation opérationnelle à l’emploi…

Un cas concret pour comprendre !

Mathilde est salariée d’une agence d’architecture non diplômée. En faisant appel à l’OPCA de son secteur d’activité – ACTALIANS -, elle a pu effectuer un diagnostic pour connaître ses droits à la formation (par ici : http://www.actalians.fr/salarie/definir-votre-projet/vos-droits-a-formation/). Elle a mobilisé les heures de son CPF – compte personnel de formation – pour bénéficier d’un accompagnement VAE et faire enfin reconnaître ses compétences professionnelles.

Comment trouver votre OPCA ? Fastoche !

  1. Trouvez le code NAF ou APE de votre entreprise. Pour cela, astuce : entrez « le nom de l’entreprise + société.com » sur Google : vous devriez arriver sur la fiche de l’entreprise sur le site et vous aurez accès à l’information.
  2. RDV sur cette page  : il ne vous reste plus qu’à entrer le code et vous aurez accès au ou aux OPCA liés à l’entreprise. Vous n’avez plus qu’à cliquer sur l’organisme qui vous intéresse et vous obtiendrez ainsi le contact !

Tadam ! La liste des OPCA :

  • Afdas – culture, communication, médias, loisirs
  • Anfa – services automobiles
  • Constructys – BTP
  • Fafiec – sociétés du numérique, de l’ingénierie, du conseil, des études et des métiers de l’évènement
  • Fafih – hôtellerie et restauration
  • FAF.TT – travail temporaire
  • Fafsea – entreprises agricoles
  • Forco (commerce de détail et distribution)
  • Intergros (commerce de gros et du commerce international)
  • Opca 3+ (industries de l’ameublement, du bois, des matériaux pour la construction et l’industrie et de l’intersecteur des papiers cartons)
  • Opca Baia (banques, sociétés d’assurances, mutuelles d’assurances, agences générales d’assurances, sociétés d’assistance)
  • Opca CGM (industries graphiques)
  • Opca Defi (chimie, pétrole, pharmacie, parapharmacie/vétérinaire, plasturgie)
  • Opcalia (29 branches professionnelles)
  • Actalians (professions libérales, établissements de l’hospitalisation privée et de l’enseignement privé)
  • Opca Transports (transports)
  • Opcaim (industries de la métallurgie)
  • Opcalim (agro-alimentaire)
  • Unifaf (secteur sanitaire, social et médico-social)
  • Uniformation (économie sociale, habitat social et protection sociale)

Attention : certains OPCA sont aussi des OPACIF

Quelle la différence entre un OPACIF et un OPCA ?

Attention : certains OPCA sont aussi OPACIF (comment ça, c’est une usine à gaz tout ça ? J’avoue que oui… et c’est bien dommage car tous ces dispositifs sont des mines d’or pour les particuliers !)

L’OPCA finance des actions de formations de salariés (CPF…) des entreprises adhérentes (et donc cotisantes !) en fonction de branches d’activités. On sollicite un OPCA en accord avec son employeur. L’OPACIF finance la formation continue des salariés (CIF…), y compris de ceux dont l’entreprise n’est pas cotisante. L’employé faisant appel à un OPACIF (type FONGECIF ou autre) n’a pas l’obligation d’en informer son employeur.